JEAN-BAPTISTE SAUVAGE. SPEE

 

EXHIBITION FROM SEPTEMBER 8 TO OCTOBER 23, 2017

/

EXPOSITION DU 8 SEPTEMBRE AU 23 OCTOBRE, 2017

 

 

 

                                                                                                                                                       Photos: Jean-Baptiste Sauvage

 

LA CRAINTE DE L’ACCIDENT
« Vous ne savez pas ce qui est arrivé ? Tous les moteurs d’avions se sont arrêtés hier à
la même heure, juste au moment où le courant flanchait partout. Tous ceux qui s’étaient
mis en descente pour atterrir sur la terrasse sont tombés comme une grêle. Vous n’avez
rien entendu, là-dessous ? »
Moi, dans mon petit appartement près du garage, c’est bien un miracle si je n’ai pas été
aplati. Quand le bus de la ligne 2 est tombé, j’ai sauté au plafond comme une crêpe…
Allez donc jeter un coup d’œil dehors, vous verrez le beau travail ! (…)
Le wagon n’avait subi ni fêlure ni déformation, ce qui montrait l’excellence de sa
fabrication. Ce n’était pas la faute de la Compagnie si les contenus s’étaient avérés
moins résistants que le contenant.
Ravage. René Barjavel. Denoël, Paris, 1943.
L’angoisse de l’accident a inspiré tant de dystopies et de récits d’anticipation. C’est à se
demander aujourd’hui, si l’accident arrive encore de façon accidentelle, c’est-à-dire
s’il reste au hasard quelque rôle à y jouer ou s’il n’est pas totalement prévisible, voire
attendu.
Pour autant inévitable.
« Le progrès et la catastrophe sont l’avers et le revers d’une même médaille », disait
Hannah Arendt.
Mais comment vivre avec la crainte que la folle course du progrès et l’accélération de
l’Histoire ne nous fassent inéluctablement finir contre le mur.

(Extrait du texte exposition « Viandes Foraines » Sextant&+.)

Publicités